Outlaws story

Outlaws story


Au départ il y a les grands espaces, les bandits de westerns de mon enfance et de vague souvenir de chevauchées épiques. Et puis, il y a mon intérêt pour l’image fixe par ma pratique photographique.
J’ai imaginé ces  scènes en triptyque à la bibliothèque … et je suis parti, décidé.


À la descente de l’avion, j’ai roulé plusieurs heures, avec une direction, des attentes, mais pas de repérage en amont. Une zone géographique avait était déterminée à l’avance, mais avec peu d’informations la concernant. Dans ce cadre, des éléments de nature humaine çà et là « plantent le décor » ; de vieilles bâtisses éventrées par le temps, des carcasses de voitures d’une autre époque, des vieilles machines rouillées, des amas de tôles en tout genre ...


Je m’assois, je regarde tout cela et c’est alors que des scènes de films d’antan se construisent dans ma tête. J’en prélève des instants furtifs, comme si je découpais un vieux film super 8 afin d’en extraire plusieurs plans. A chaque regard dans mon viseur, je remonte le temps, comme si celui-ci était un pont entre deux époques. Je compose, arpente les lieux, en découvre de nouveau et m’y arrête. J’ai suffisamment d’éléments, je rentre.


Outlaws story a reçus le prix "PX3" catégorie fine art.